Les Sables d'Olonne

Il y a beaucoup de chose à dire sur Les Sables d'Olonne. La première chose : les souvenirs d'enfances, « Les Sables d'Olonne, j'y venais quand j'étais petit » c'est ce que tout le monde dit. C'est lié à l'enfance, au bonheur simple en famille à la plage, aux cris des goélands sur le port, à l'odeur des niniches sur le remblai, à la pêche aux crabes à la roche pie...l'insouciance quoi ! La deuxième chose : des paysages variés : tout d'abord tu ne peux pas la louper : la grande plage des Sables d'Olonne (webcam au cas où tu ne connaitrais pas) c'est quasi le centre-ville donc la mer est dans la ville. Ensuite, tu pourras découvrir à deux pas : les marais d'Olonne, les forêts de pins et les différentes plages sauvages ou non. Si ça fait trop de paysage sauvage pour toi, y'a aussi 3 centres commerciaux. Enfin, c'est une agglomération de 40 000 habitants donc vivante toute l'année, avec des commerces, des spectacles & concerts, une thalassothérapie, 2 casinos (et oui 2 !), un cinéma, un port de pêche très convivial avec de nombreux restaurants et le Port Olona connu comme étant le lieu de départ et d'arrivée du Vendée Globe. Et pour les sportifs, tu as le choix, en passant par les sports nautiques (voile, surf, paddle et j'en passe), le golf, l'équitation, le tennis, le kart... ou les échecs pour les plus calmes... Et enfin, cerise sur le gâteau nous avons La Chaume et les Chaumois...inégalable ! Tout ça au même endroit...ça fait rêver, non ?

La Chaume

Le berceau de la cité

Des Sables d'Olonne se niche dans les petites ruelles du vieux village de pêcheurs et de maraîchers de La Chaume. Fondée des siècles avant Les Sables, La Chaume est séparée de la cité balnéaire par le chenal d'accès au port de plaisance (Port Olona), de commerce et de pêche.

La Chaume était à l'origine une île, appelée île Vertime. Aujourd'hui encore, le quartier de La Chaume cultive une certaine originalité insulaire. Le caractère enjoué des chaumois, leur inclinaison pour la fête et la danse assurent un spectacle truculent pour les non initiés.

À La Chaume, deux belvédères demeurent incontournables pour saisir d'un seul coup d'oeil toutes les beautés de la baie des Sables. Le premier est le belvédère de l'esplanade du Prieuré Saint-Nicolas. Ce lieu de culte est une ancienne chapelle du XIème siècle, dédiée à Saint-Nicolas, patron des marins pêcheurs et des bateliers. Le deuxième mirador est la tour d'Arundel, dernier vestige du château fort construit au XIIème siècle par lord d'Arundel, alors gouverneur anglais du Poitou, sous le règne des Plantagenets. La Tour d'Arundel faisait alors partie du système défensif du château et du port.

Ce n'est qu'au XVème que la ville des Sables d'Olonne surgit de terre. Ou plutôt d'une langue de "sables" où les premiers habitants prirent demeure (l'actuel quartier du Port et du Passage). La ville tire donc son nom de son lieu d'implantation. "Olonne", quant à lui, signifierait au-dessus ("Ol") des eaux vives ("Onne"). L'essor de la ville devra par la suite sa fortune à l'envasement du port de Talmont. Son prince, Savary de Mauléon, privilégiera alors les terres Olonnaises pour y bâtir son nouveau port. Le port des Sables profita par la suite des faveurs de Louis XI qui octroya en 1492 de nombreuses franchises au port afin d'en favoriser la prospérité.

Malgré les relations tendues entre La Chaume et Les Sables, les deux villes finalement scellèrent leur destinée par un édit royal promulgué en 1754.

Les bains de mer

Sous l'influence des médecins qui recommandaient l'air marin à leurs patients aisés, la mode des bains de mer donna un élan nouveau aux Sables d'Olonne. En 1816, un arrêté municipal réglementant les bains sur la plage précipita le destin de la ville. Le tourisme balnéaire jusqu'alors mondain se démocratisa avec l'arrivée du chemin de fer en 1866. Dès lors Les Sables d'Olonne a droit au chapitre dans tous les guides touristiques. Plus belle plage d'Europe ou non, toujours est-il que ces plages esquissent, du remblai qui les borde, une courbe des plus gracieuses.

Derrière les façades baroques des villas longeant la promenade, se cachent des venelles aux charmes insoupçonnés. Celles qui attirent le plus de curieux sont, indéniablement celles du quartier de l'île Penotte. Madame Chouette, Dracula ou encore des chauves-souris sont autant de motifs en coquillages qui animent les devantures des maisons. Toutes ces fresques ont été réalisées grâce à l'heureuse obstination de Danielle Aubin, alias "Dame Coquillage".

A quelques encablures des ruelles étroites du port de pêche, "Port Olona" offre, lui, ses 1100 anneaux aux plaisanciers. Ses pontons sont très fréquentés à l'approche de chaque Vendée Globe. Course en solitaire autour du monde sans escale et sans assistance, le Vendée Globe assure aux Sables d'Olonne des retombées médiatiques considérables. Sous les feux des projecteurs du monde entiers, les skippers repartiront le 7 novembre à la conquête de "l'Everest des mers". Les vainqueurs Titouan Lamazou, Alain Gautier, Christophe Auguin et Michel Desjoyeaux ont su avec leurs "géants des mers" vaincre l'hostilité des éléments lors des quatre premières éditions du Vendée Globe.

Les halles des Sables connaissent aussi un succès patent auprès des touristes. Leurs rénovations menées en 1994 ne les ont en rien départis de l'esprit du XIXème siècle. Arpenter leurs allées est une traversée aux saveurs toujours exquises. Un itinéraire haut en couleurs également quand les Sablaises, chaussées de leurs "YouYou" et coiffées de leurs "frisons" font revivre les danses et chants traditionnels.

Pour revenir sur les grands moments qui rythmèrent la vie des Sables d'Olonne, une ethnographie des bains de mer est proposée au Musée de l'Abbaye de Sainte Croix. Y sont exposés les us et coutumes du Pays des Olonnes  Ce corps de bâtiment du XVIIème siècle gagne surtout à être visité pour ses prestigieuses collections d'Art contemporain. Il expose des ouvres de Gaston Chaissac et Victor Brauns. Des toiles de Dubuffet, Marquet, Magnelli ou encore de Beckmann et Baselitz s'offrent aussi à la contemplation du public.